Charlotte Gainsbourg

La Promesse de l’Aube

Chaque semaine, Thibault et Guillaume décryptent l’actualité du grand écran et parcourent les films à l’affiche dans #CINECAST, le podcast cinéma. Au programme : le nouveau Todd Haynes, Kev Adams sur l’Everest dans « Tout là-Haut », Pierre Niney est Romain Gary dans « La Promesse de l’Aube » et un film Iranien « Un Homme Intègre ».

Synopsis : La Promesse de l’Aube

De son enfance difficile en Pologne en passant par son adolescence sous le soleil de Nice, jusqu’à ses exploits d’aviateur en Afrique pendant la Seconde Guerre mondiale… Romain Gary a vécu une vie extraordinaire. Mais cet acharnement à vivre mille vies, à devenir un grand homme et un écrivain célèbre, c’est à Nina, sa mère, qu’il le doit. C’est l’amour fou de cette mère attachante et excentrique qui fera de lui un des romanciers majeurs du XXème siècle, à la vie pleine de rebondissements, de passions et de mystères. Mais cet amour maternel sans bornes sera aussi son fardeau pour la vie…

Note du film : ☆☆

Découvrez les critiques de la semaine : http://cinecast.be/category/critiques-de-films/

Lien vers la page Facebook : www.facebook.com/cinecastbe/
Lien vers le compte Twitter : twitter.com/cinecastbe

Le Twitter de Guillaume : twitter.com/guiherinckx
Le Twitter de Thibault : twitter.com/thibaultvdw

Posez vos questions en utilisant #cinecast sur Twitter !

Le Bonhomme de Neige (The Snowman)

Lorsque le détective d’une section d’élite enquête sur la disparition d’une victime lors des premières neiges de l’hiver, il craint qu’un serial killer recherché n’ait encore frappé. Avec l’aide d’une brillante recrue, il va tenter d’établir un lien entre des dizaines de cas non élucidés et la brutalité de ce dernier crime afin de mettre un terme à ce fléau, avant la tombée des prochaines neiges. 

Adaptation du roman à succès de Jo Nesbø, Le Bonhomme de neige est un thriller qui a tout pour plaire. Michael Fassbender, Rebecca Ferguson et Charlotte Gainsbourg sur la piste d’un tueur en série dans le grand froid norvégien sonne comme le nouveau « Millenium » ! Malheureusement, le film s’avère être un essai raté, bien loin de « La Taupe », le précédent film à suspense de Tomas Alfredson.

Au coeur du problème, une structure lente, incohérente et surtout bâclée. Dans le dernier acte, le manque de direction se traduit littéralement par l’absence de séquences clés, ce qui plonge le spectateur dans l’incompréhension la plus totale. Dans une récente interview, le réalisateur norvégien a même avoué qu’il manque 15% du film, faute de temps et d’argent lors du tournage express de 30 jours.

Bien que cela ne soit pas professionnel de sortir un film incomplet, on ne peut pas trop en vouloir aux producteurs qui ont décidé de ne pas investir davantage dans ce projet. L’ensemble est plat, les performances sont creuses, le suspense est absent et le dénouement n’arrive même pas à la cheville d’un mauvais épisode d’Hercule Poirot.

Seuls les paysages norvégiens et la qualité du casting donnent de l’intérêt au long métrage. Michael Fassbender est crédible en flic et père de famille dépressif mais sa performance ne parvient malheureusement pas à faire oublier les innombrables lacunes du film.

Incomplet, plat et soporifique, Le Bonhomme de neige est un thriller raté que ni le cadre glaçant de la Norvège, ni le bon casting ne parviennent à sauver. Si même le studio abandonne le projet en cours de route, inutile pour vous de le soutenir en allant le voir dans les salles… 

Note : 3/10