Mois : juillet 2017

Episode 7: Camera Gear Review

A wonderful serenity has taken possession of my entire soul, like these sweet mornings of spring which I enjoy with my whole heart. I am alone, and feel the charm of existence in this spot, which was created for the bliss of souls like mine. I am so happy, my dear friend, so absorbed in the exquisite sense of mere tranquil existence, that I neglect my talents. I should be incapable of drawing a single stroke at the present moment; and yet I feel that I never was a greater artist than now.

Read More

Episode 6: SoundCloud Example

A wonderful serenity has taken possession of my entire soul.

Read More

Episode 5: MixCloud Example

A wonderful serenity has taken possession of my entire soul.

Read More

Dunkerque : l’immersion totale !

Le récit de l’évacuation des troupes alliées de Dunkerque en mai 1940.

3 ans après l’incontournable trip SF « Interstellar », Christopher Nolan nous propose « Dunkerque » : un film de guerre retraçant l’évacuation des forces alliées des plages du Nord de la France en mai 1940. Si mon admiration pour le réalisateur Britannique est presque maladive, je craignais que ce énième sujet risqué ne soit celui de trop. Après tout, le maestro finira bien un jour par se bruler les ailes…

Grossière erreur qui m’apprendra à ne plus jamais douter de Nolan ! Dunkerque est une expérience inclassable, une immersion totale d’1h45 dans le désespoir et la terreur des soldats face à la mer et dos aux ennemis. Sur le terre, sur la mer et dans les airs, nous suivons trois périples distincts qui finissent par se rejoindre pour un climax épique. Encore une narration peu conventionnelle pour celui à qui ne devons déjà le concept du « rêve dans un rêve » d’Inception.

Nous passons donc d’une situation à une autre et d’un groupe de personnages à un autre. Ce rythme effréné reflète à merveille le chaos de l’évacuation et nous maintient en haleine du début à la fin. Pas le temps de causer, il faut survivre à chaque instant ! En ne développant pas les ‘héros’ du jour, Nolan fait le choix de présenter les évènements tels qu’ils se sont déroulés. Inutile donc de passer en revue les très bonnes performances parfois sans dialogues et toutes en réaction aux événements. Si certains risquent de ne pas aimer ce manque d’attache et de trouver l’histoire un peu trop creuse, d’autres comme moi applaudiront ce choix artistique qui nous place aux premières loges d’une reconstitution aussi brutale que spectaculaire.

Des spitfires qui foncent en rase motte au-dessus des bateaux de plaisance venus porter secours aux navires qui coulent suite à un bombardement allemand, les effets pratiques et spéciaux sont tout simplement bluffants. Mention spéciale également pour les effets sonores et le bande son d’Hans Zimmer qui, une fois encore, parvient à rajouter suspense et timing à ce film qui n’en manque pourtant pas !

Plus que tous les autres films de Christopher Nolan, Dunkerque est une immersion à vivre (uniquement) au cinema. Haletant, impressionnant et virevoltant, c’est la définition même du grand spectacle. Ne cherchez pas les personnages emblématiques ou les dialogues qui font mouche, contentez-vous de regarder et écouter pour vibrer comme jamais !

Note : 9 / 10 

Horaires du film ici

Episode 4: External Audio File

A wonderful serenity has taken possession of my entire soul, like these sweet mornings of spring which I enjoy with my whole heart. I am alone, and feel the charm of existence in this spot, which was created for the bliss of souls like mine. I am so happy, my dear friend, so absorbed in the exquisite sense of mere tranquil existence, that I neglect my talents. I should be incapable of drawing a single stroke at the present moment; and yet I feel that I never was a greater artist than now.

Read More